Que vous soyez nageur, plongeur ou tout simplement citoyen de la planète Terre, la santé de nos océans est aussi importante que l'air que nous respirons, elle est d'une importance vitale. Environ 68% de la surface de la terre est recouverte d'eau salée. Comme principale composante de l'hydrosphère de la Terre, l'océan est une partie intégrante à toute vie, ayant une influence sur les modèles climatiques et météorologiques. Les océans et les mers sont les poumons de notre planète. Ils sont l’habitat de 230 000 espèces connues, sachant que la plupart des profondeurs des océans restent à ce jour inexplorées. Cependant, avec la pollution chimique (y compris les plastiques), nos mers et nos océans deviennent menacées avec une incidence indirecte et directe sur nous.

   La pollution chimique… les plastiques


Les plastiques sont transportés vers les mers et les océans par les eaux usées, les rivières, le vent et les débris de bateaux. Environ 8 millions de tonnes de plastique finissent dans les mers chaque année (1). C’est l’équivalent en poids de 792 Tours Eiffel par an, soit plus de 2 Tours Eiffel par jour !!!
 

Macroplastiques (brosses à dents, sacs plastiques, emballages, bouteilles, etc…)
Premièrement, les macroplastiques sont un risque d'étouffement en cas d'ingestion pour les animaux (mort directe). Deuxièmement, les poissons, les mammifères marins et les oiseaux côtiers ingèrent des plastiques en les prenant pour des produits alimentaires. Lorsque leur estomac est rempli de matières plastiques, qui génèrent un faux sentiment de satiété, ils cessent alors de s’alimenter et meurent de faim (mort indirecte). Par exemple, les animaux qui mangent des méduses les confondent souvent avec des sacs plastiques (2).


Les Microplastiques (imaginez des plastiques de la taille de grains de sable)

Les microplastiques représentent un danger émergent majeur pour les mers et pour notre santé. Les débris de plastique se décomposent lentement dans le milieu marin, en particulier lorsqu'ils sont exposés à la lumière du soleil, à l'eau de mer, au vent, aux vagues, et à l'ingestion par des animaux. En fait, les plastiques se composent de produits chimiques toxiques qui sont ensuite libérés lorsqu'ils sont ingérés par des animaux (3-4). De plus, les planctons, situés tout en bas de la chaîne alimentaire, ingèrent ces microplastiques (5-6). Les planctons sont ensuite consommés par des poissons qui sont eux-mêmes consommés par d’autres poissons encore plus grands et par des oiseaux marins (7-8). Par conséquent, ces microplastiques sont transférés tout au long de la chaîne alimentaire. Les planctons sont aussi consommés par « des animaux  filtrants » comme les baleines et les moules. Ces microplastiques finissent par atteindre ceux d'entre nous qui mangent des poissons et des fruits de mer (2). 

References

 

1. Jambeck, J.R., R. Geyer, C. Wilcox, et al. (2015) Plastic waste inputs from land into the ocean. Science 347 768-771).

2. Moore C. Plastic Ocean. 2012. Penguin Group (USA).

3. van Sebile, E. (2015) The ocean’s accumulating plastic garbage. Physics Today 68 60-1.

4. Rochman CM, Browne MA, Halpern BS, et al. (2013) Policy: Classify plastic waste as hazardous. Nature 494 169-71.

5. Andrady A.L. (2011) Microplastics in the marine environment. Marine Pollution Bulletin 62 pp1596-1605.

6. Frias, J. P. G. L., V. Otero, P. Sobral (2014) Evidence of microplastics in samples of zoolankton from Portuguese coastal waters. Marine Environmental Research 95 pp 89-95.

7. Tanaka, K., H. Takada, R. Yamashita, K. Mizukawa, M. Fukuwaka,Y Watanuki, (2013) Accumulation of plastic-derived chemicals in tissues of seabirds ingesting marine plastics. Marine Pollution Bulletin 69 219-22.8. Carson, H.S. (2013) The incidence of plastic ingestion by fishes: From the prey's perspective Marine Pollution Bulletin 74 170-174.

  • Icône social Instagram
  • Facebook Social Icon

© 2017 by Team Malmousque. All rights reserved.